Adapter l’histoire

Ainsi, le premier tome de ma série Paradoxes était sorti, mais pas du tout comme je l’avais imaginé. Je savais que je voulais écrire au moins trois tomes, mais sachant que j’avais ôté des personnages de la trame originale, je ne savais plus du tout comment m’en sortir. Aussi, j’avais retiré quelques chapitres de la fin, de façon à ne pas dépasser un certain nombre de pages. Ces chapitres, je pensais qu’ils constitueraient l’entrée en matière du tome 2, mais au final le tome 2 ne contient quasiment que ceux-ci.

Petit détail sympa à savoir : mon éditeur avait suggéré que l’on veille à ce que le bouquin ne fasse pas plus d’une certaine épaisseur et d’un certain poids. Pour quelle raison ? Eh bien tout simplement, afin de pouvoir les glisser facilement dans une enveloppe à bulles A5 standard (ce qui diminuait les coûts d’envoi), et garder un poids inférieur à 500g. Aujourd’hui, si je dois envoyer les deux tomes par la poste, ils dépassent tout juste le kilo, et donc passent dans le plan tarifaire supérieur. On n’y pense pas toujours quand on veut auto-éditer, mais c’est un détail important. Je reparlerai prochainement des choix de mise en page. ^-^

J’avais donc eu l’intention de boucler cette partie du scénario en trois tomes qui constitueraient le premier arc, puis m’atteler au reste des personnages par le biais de deux autres arcs, ce qui ferait un total de neuf livres, mais avec la possibilité de les lire indépendamment les uns des autres… En toute honnêteté, je me suis rendu compte, en bossant sur le tome 2, que je n’y arriverais pas. La raison principale : un manque total de planification. Pour réaliser ce tour d’équilibriste, il faut bien plus de travail et de préparation en amont de l’écriture.

Et donc, j’ai mis un temps fou à écrire le tome 2 alors que j’avais déjà tout le contenu tout prêt ! Je ne cessais de reporter l’échéance, en planifiant d’autres romans, en écrivant des nouvelles, etc. C’est d’ailleurs l’écriture d’une nouvelle mettant en scène Jared et Nouria qui finit par me débloquer. Je décidai de placer cette nouvelle en introduction au tome 2, ce qui me permettait d’ajouter un niveau d’intrigue (comme s’il n’y en avait pas assez), et planifier le tome 3.

Finalement, le tome 2 s’est écrit presque tout seul après des mois de souffrance et de tergiversations. Deux choses m’ont permis de me lancer :

  • d’une part, j’étais passée à mi-temps à la librairie, ce qui me dégageait du temps pour écrire, et me libérait l’esprit ;
  • d’autre part, je voulais m’auto-éditer, donc j’ai dû jouer le rôle de l’éditrice avec moi-même et me mettre un coup de pied au derrière.

En février 2016, je me mettais à l’écriture intense du tome 2.

En novembre 2016, je recevais mes exemplaires tout beaux tout chauds chez moi (il en reste d’ailleurs quelques piles dans ma réserve :p).

paradoxes2face

Dans ce laps de temps, j’ai travaillé sur de nombreux autres projets (comme le Mystère de la Licorne, et un roman de fantasy en cours d’élaboration, qui, je l’espère, tiendra en un seul volume), j’ai fait des salons, j’ai rencontré et revu des auteurs passionnants, j’ai papoté avec des éditeurs, et rêvé à tout un tas d’autres projets.

Dans le prochain épisode des aventures de Paradoxes, je vous parlerai de la réédition de mon tome 1, et de tout ce que cela a impliqué.

Publicités