SoS VE schwab

Shades of Magic #2 : Shades of Shadows

V.E. Schwab

♦ éditeur : Lumen ♦

♦ nombre de pages : 638 ♦

♦ genre : portal fantasy ♦

coup de coeur

les + :

  • personnages attachants
  • univers complexe
  • récit dynamique

les – :

  • le cliffhanger de la fin *air désespéré*

Résumé :

Kell est le dernier mage de sang, Antari, des quatre mondes parallèles. Il est donc aussi le dernier à pouvoir voyager entre les différents Londres. Le gris, dénué de magie, mais encore vivant ; le blanc, exsangue, bien que recelant encore de la magie ; le noir, coupé des autres car corrompu par une énergie vorace et destructrice ; et enfin le rouge, celui dont Kell est originaire. Ce Londres-là regorge encore de pouvoir.

Kell est aussi la propriété de la famille royale du Londres rouge, la preuve de son pouvoir et de sa légitimité. Depuis toujours considéré comme le frère de Rhy, il a dû affronter un grand changement dans le premier tome. Un événement désastreux qui marquera à jamais la famille royale et le prince héritier.

Lila – Delilah Bard – vient du Londres gris, où la magie est méconnue. Elle est orpheline et a toujours vécu seule de ses petits larcins. Elle rêve depuis longtemps de monter à bord d’un bateau et de découvrir le monde, comme capitaine. Dans le Londres rouge, elle va faire la rencontre du capitaine Alucard, un homme à la fois raffiné et dangereux (un peu dérangé aussi).

Cette année aura Lieu au Londres rouge un grand tournoi de magie. Trois pays verront leurs champions s’affronter dans trois arènes majestueuses construites à Londres (rouge) pour l’occasion. C’est le prince Rhy qui a organisé le tournoi cette fois et il a prévu quelques petites surprises pour son frère et ses parents. Lila, attirée comme toujours par le danger, s’y retrouvera mêlée d’une façon plutôt surprenante. Et pendant ce temps, dans l’ombre rôde toujours une menace. Est-ce que le fait d’avoir renvoyé la pierre ensorcelée là d’où elle vient aura suffi à repousser le danger ? Et si oui, pour combien de temps ?

Avis :

J’avais adoré le premier tome, Shades of Magic, que j’avais découvert l’année dernière par pur hasard au détour du rayon jeunesse de la librairie où je travaille (vous pouvez trouver ma petite chronique dans mon bilan de lecture de juin, par ici). L’univers me semblait riche et bien construit, même si l’on n’explorait que peu de points de vues différents. Le sujet de la magie antari était fort bien développé, mais même s’il y avait eu quelques beaux combats (surtout le final), le lecteur n’avait pas forcément l’occasion de voir les mages à l’action. Cela m’avait laissé un goût de trop peu. En revanche, l’histoire se finissait à merveille sur un dernier chapitre en fin ouverte, mais avec une vraie conclusion à l’intrigue. Pour ceux qui n’auraient pas eu envie de continuer leur lecture, il n’y avait pas de grande frustration.

En revanche, si vous décidez de lire le tome 2, je pense que comme moi, vous vous damnerez pour connaître la suite ! Etant donné que j’ai commencé la série en français, je rechigne à lire le dernier tome en anglais, même si cela me permettrait d’assouvir ma curiosité.

Donc, comme vous l’aurez compris, j’ai vraiment beaucoup aimé ce deuxième tome !

L’intrigue paraît plus anodine que dans le premier tome. Je dis bien « paraît » car quelques chapitres  bien amenés titillent le lecteur et ne lui permettent pas d’oublier un seul instant l’ombre qui rôde. Cela veut dire que le tome trois va être explosif, sans aucun doute ! Cette fois, cet opus se conclut sur un cliffhanger. Tout ce à quoi on a eu droit cette fois-ci n’est que la mise en place de ce qui se passera après ! Cela fait que l’histoire semble plus lente que dans le premier tome.  Mais il y a plusieurs points positifs à cela.

D’abord, en procédant de cette manière, l’auteure se permet de démultiplier les points de vues. Nous ne sommes plus centrés uniquement sur Kell et Lila. Nous pouvons donc en apprendre plus sur cet univers et son fonctionnement, ses règles et ses changements subtils. Car en effet ,les actes de Kell et Lila ne sont pas restés sans conséquence !

L’univers s’étend donc sous le regard du lecteur, de même que les personnages. Ils gagnent tous en profondeur et subtilité, en nuances et motivations. Je les ai trouvés particulièrement réussis dans ce tome. J’ai un coup de cœur tout particulier pour le fantasque – et fantastique – Alucard. Il y a tout un jeu d’identités et de secrets qui se met en place, fascinant.

L’action dans Shades of Shadows est plus éparse que dans Shades of Magic, mais je n’ai vraiment pas trouvé cela dérangeant. Parce que quand l’auteure a décidé de nous en mettre plein la vue, elle ne fait pas les choses à moitié. vers la fin du roman, les scènes de duel s’enchaînent à un rythme effréné. C’était si haletant, si bien narré, que je n’ai plus pu lâcher le bouquin avant de l’avoir terminé.

Au niveau du style d’écriture, on est clairement dans du YA anglo-saxon. L’écriture est orientée sur l’action et les dialogues. Les descriptions, sans être trop courtes, sont là à simple but utilitaire la plupart du temps, sans pour autant manquer de style ou de poésie. Sans être mauvaise, la traduction souffre de petits défauts : répétitions, abus de mais et de et, mais rien qui ne gâche le plaisir de la lecture. En tout cas, moi, j’étais tellement absorbée par l’histoire que j’ai préféré ne pas y prêter attention. 😀

En conclusion, j’ai passé un excellent moment dans les Londres de Victoria Schwab, je reste clairement sur ma faim avec une fin pareille et j’ai hâte de découvrir toutes les trouvailles de son troisième tome. L’histoire est palpitante, les personnages attachants et l’intrigue très bien menée, avec subtilité ! Une réussite, donc.

 

Publicités