COUV_L_ATELIER_DES_SORICERS_RVB

L’atelier des Sorciers

Kamome Shirahama

♦ éditeur : Pika édition ♦

♦ nombre de pages : 204 ♦

♦ genre : fantasy ♦

agréable lecture

les + :

  • le dessin
  • les personnages

les – :

  • manque d’originalité

Résumé :

Coco est une petite fille ordinaire vivant dans un petit village de campagne avec sa mère. Elle a toujours ressenti une grande fascination pour la magie, mais c’est un don très rare. Dans ce monde, on ne devient pas sorcier, on naît sorcier.

Un jour, Coco fait la rencontre de l’un d’entre eux, venu au village pour y faire quelques emplettes. Tiraillée par la curiosité, elle décide de l’observer tandis qu’il réalise un sort à l’abri dans l’atelier de couture. Croyant avoir compris la nature de la magie, Coco s’y essaye tout de suite. Son ignorance cause de gros problèmes, puisque, sans préparation, elle fait usage d’une magie interdite !

Il ne lui reste qu’une solution : suivre le sorcier afin de devenir son apprentie.

Avis :

L’Atelier des Sorciers se trouvait sur un joli présentoir dans la librairie, probablement la raison principale pour laquelle j’ai eu envie de le lire. Une belle présentation fait toujours son effet. :p

L’illustration de couverture présente très bien, avec un effet de dorure léger et délicat. Le dessin évoque l’univers de Miyazaki, avec un ombrage marqué, mais pas systématiquement tramé. Les illustrations sont poétiques, délicates et travaillées. J’ai retrouvé le même genre de plaisir qu’en lisant XXX Holic pour ce qui est du dessin. J’apprécie que la couverture d’un manga soit représentative des illustrations intérieures, sinon j’ai une impression de pub mensongère. Ici, pas de déception malgré les planches en noir et blanc. 🙂

Les petites filles ont des visages adorables et remplis d’innocence. L’auteur représente la magie avec beaucoup de grâce. On aurait presque envie de se mettre à dessiner des cercles de magie, nous aussi ! Et ça tombe bien, car à la fin de l’ouvrage, l’auteur nous explique les principes de la magie et de ses symboles.

Le scénario n’est – pour le moment – pas vraiment original. L’histoire coule, fluide, sans surprendre le lecteur confirmé, mais fait sourire par sa douceur et les références qui se cachent dans le récit. L’héroïne s’avère très vite être le pion de quelqu’un d’autre. Mais dans quel but ? Elle transgresse les règles à son insu et se retrouve projetée dans un monde dont elle ignore tout, un monde dans lequel elle risque de commettre des impairs, potentiellement désastreux.

Jusqu’à présent, l’histoire peut paraître manichéenne, pourtant très vite on se doute que ce ne sera pas le cas très longtemps. Dès le départ, on apprend que si la magie est entourée de secrets, c’est parce que certaines personnes en ont fait un bien mauvais usage. L’héroïne, qui ne connaît pas les règles de la vie de sorcier, sera certainement amenée, par la suite, à questionner le bien fondé des lois limitant l’usage des sorts.

Les personnages sont uniquement survolés dans ce premier tome, donc je ne suis pas surprise qu’ils paraissent se limiter aux archétypes classiques. J’aime beaucoup la rivale de la petite Coco et je me demande si elles finiront amies ou ennemies.

Je ne pense pas que l’on puisse juger de la profondeur d’un manga qui s’inscrit dans un genre si codifié au bout d’un seul tome. J’ai malgré tout apprécié ma lecture, suffisamment pour avoir envie de lire la suite, et j’ai surtout adoré les dessins. ^^

En conclusion, c’est une histoire classique mais touchante, légère mais qui annonce un grand potentiel d’évolution et de développement autant au niveau des personnages que du scénario. J’attends la suite pour me prononcer tout à fait. 🙂

Publicités