sorciere malgre elle

L’héritière des Raeven #1 : Sorcière malgré elle

Méropée Malo

♦ éditeur : Castelmore ♦

♦ nombre de pages : 411 ♦

♦ genre : fantaisie urbaine ♦

agréable lecture

les + :

  • les sorts et enchantements
  • les descriptions

les – :

  • un peu trop gentillet

Résumé :

Aissa Raeven revient dans la demeure familiale après huit longues années d’absence. Son bac en poche, elle espérait retrouver sa mère et sa tante le temps d’un été avant de repartir, cette fois pour l’université. Mais quand elle arrive dans la vieille demeure des Raeven, c’est pour la découvrir vide de toute vie, depuis des années.
Sa mère et sa tante sont décédées peu de temps après son entrée à l’internat, raison pour laquelle elle n’a jamais eu de leurs nouvelles – et non pas parce qu’elles la pensaient indigne d’elles. Elle est la dernière héritière des Raeven, en possession de cette magnifique maison, mais sans ressources financières ni famille pour l’entourer… Elle doit dire adieu à son ancienne vie, à ses anciens rêves, ses anciens espoirs, pour devenir ce qu’elle est : une sorcière. Mais sans apprentissage digne de ce nom, il est certain qu’elle fera des erreurs…
Et dans tout cela surgit une très bel homme dans sa vie. Alec Forsythe appartient à la famille rivale des Raeven, et pourtant, tout chez lui attire Assia… Cette relation étrange et intense qui naît entre eux serait-elle trop belle pour être vraie, au milieu de tous ces malheurs ?

Avis :

J’ai rencontré Méropée Malo à la foire du livre de Bruxelles. Le stand de Bragelonne était juste en face de celui du Héron d’Argent, ce qui fait que j’ai eu largement le temps de baver sur les couvertures et zieuter les auteurs en dédicace qui me faisaient de l’œil. Le samedi, je papote avec Méropée et la complimente sur les très belles couvertures de son livre. Sachant que son roman ne rentrait pas tout à fait dans ce que j’aime vraiment lire, j’hésitais à l’acheter, mais cette petite conversation m’a rappelé que l’on peut rencontrer toutes sortes de gens, même des gens très différents, et pourtant les apprécier. Alors pourquoi pas faire de même avec les livres ?
Je préciserai tout de même que les trois tomes de la série (terminée) paraîtront bientôt en poche chez Castelmore, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour les acheteurs compulsifs ou les petits budgets. 😉

Donc, après avoir pris finalement le premier tome à la FDL, je l’ai mis dans ma PAL prioritaire (ce que j’essaie en général de faire avec mes achats récents, même si ce n’est pas toujours très efficace :p) et finalement, son format, la douceur de sa couverture et son côté intrigant m’ont très vite incitée à me plonger dedans.

C’est le premier roman de Méropée Malo et plutôt une réussite, pour le coup. J’ai beaucoup apprécié de me plonger dans cette petite histoire de sorcière. Ce fut une lecture réconfortante et pleine de bons sentiments. Les personnages qui entourent Assia (les anciens amis de sa mère et sa tante) sont des gens gentils et bienveillants, qui se serrent les coudes et sont toujours disponibles pour lui venir en aide. Même s’ils ne peuvent pas lui apprendre à être une sorcière, ils peuvent l’épauler et la soutenir, lui apprendre à grandir, être adulte et responsable, réfléchir, peser le pour et le contre… Toute une série de compétences qui lui seront très utiles dans ses rencontres infortunées.
Assia n’est pas parfaite. Elle fait beaucoup d’erreurs au début, entre autres avec Alec, par crainte et méfiance. Mais elle apprend et évolue au fil du récit.
En résumé, les personnages sont touchants et attachants. Ils font sourire et mettent vraiment du baume au cœur.

J’ai eu l’impression de retrouver une ambiance un peu du style de Charmed (même si je n’ai jamais suivi cette série avec assiduité). De la magie un peu old school, naturelle et efficace sans être spectaculaire.

L’histoire en elle-même, sans être remplie d’action, se laisse suivre au fil des pages. Il y a une intrigue derrière tout cela : d’où vient l’étrange lame dont les éclats projettent une aura si néfaste ? Y a-t-il un grand plan ourdi en fond ? Pourquoi les Forsythe détestent-ils autant les Raeven ? Qui sont les Raeven ? Et quelle est la limite des pouvoirs d’Assia qui, si elle n’est pas toujours très informée, parvient à surprendre le lecteur sans cesse en se découvrant de nouvelles habilités (sans virer en Mary Sue, je vous rassure ^^)?

Au niveau du style, j’ai aimé certains points, un peu moins certains autres. J’ai apprécié la richesse de vocabulaire de l’auteure. On sent qu’elle aime les mots. Les descriptions sont soignées, parfois poétiques, toujours assez présentes sans effacer tout le reste. En revanche, j’ai moins aimé l’utilisation récurrente du point-virgule, utilisé plutôt à l’anglaise qu’à la française. En dehors de cela, j’ai trouvé l’écriture très fluide, agréable à lire et bien travaillée pour un premier roman. 🙂

En conclusion, si je n’étais pas sûre d’apprécier ce roman avant de le lire, j’ai été vraiment charmée par l’ambiance, les décors et les personnages. J’attends avec impatience de pouvoir me procurer la suite, car il y a encore beaucoup de questions en suspens à la fin de ce premier tome. ^-^

Publicités