Il y a quelques jours, j’ai regardé le film Jupiter Ascending avec mon compagnon. Vous allez me dire « quel est le lien entre ce film et le dernier scandale au sujet de Facebook et de Trump ? », et vous aurez raison de vous poser la question…

Parlons un peu de Jupiter Ascending…

Il raconte l’histoire d’une jeune femme dont le père est mort avant la naissance dans un cambriolage qui a tourné au cauchemar. Son père adorait regarder les étoiles et les planètes, sa préférée étant Jupiter…
Ce qu’il ignorait, c’est qu’un peuple d’humains avait installé une grande usine au cœur de Jupiter. Une usine de quoi, me direz-vous ? Eh bien, une usine de jeunesse. En effet, la terre n’est qu’un caillou au milieu de l’espace. Selon le paradoxe de Fermi, il DOIT exister une vie alien quelque part, même si on ne la voit pas.
En réalité, les humains ont été déposés sur la terre il y a des milliers d’années, puis on les a regardés se développer et grandir… Dans le but de procéder un jour à la Moisson (vous penserez peut-être aux Moissonneurs du jeu Mass Effect). cette grande moisson sert à créer une substance qui n’est autre que l’élixir de longue vie, permettant de retrouver une nouvelle jeunesse des cellules, et donc de vivre des millénaires.
Qu’est-ce que l’humaine Jupiter a à voir avec tout ça ? Eh bien, c’est la récurrence parfaite de l’ADN de la mère des trois psychopathes qui veulent récupérer la planète bleue et tous ses humains bien mûrs pour la collecte. Mais grâce à son ADN, Jupiter peut prétendre à son titre de reine, et donc récupérer la terre rien que pour elle.
Le film part donc en une succession de tentatives d’assassinat et de séduction, pour que Jupiter accepte de céder ses droits de propriété sur la terre – ou qu’elle soit en-dehors du chemin. Je vous passe la romance neuneu qui amène quelques scènes romantiques, « trop choupis ».

Dans ce film, les grands méchants considèrent que, maintenant qu’ils possèdent tout (quasi littéralement), il ne leur reste plus qu’une seule ressource pour laquelle se battre : le TEMPS. La possibilité de vivre éternellement. C’est leur seul objectif : récolter des humains et sacrifier des milliards d’existence simplement pour prolonger leur propre vie.

Pourquoi cela me fait penser aux derniers scandales autour des datas des utilisateurs d’Internet (et Facebook) ?

Car les grosses sociétés aujourd’hui possèdent tout. Les grands lobbys industriels, les énormes groupes, presque fantômes tellement ils disparaissent derrière toutes leurs marques, n’ont plus qu’une ressource à exploiter sur cette terre : nous.

Nos informations.

Nos likes.

Notre position en temps réel au cours de toute la journée.

Tout ce qui fait notre vie, dans ses moindres recoins…

Ce besoin de tout faciliter est en train de nous desservir complètement, et pas seulement au niveau d’Internet. Actuellement, nous comprenons enfin (du moins, certains) qu’à trop céder notre liberté au profit du confort, nous nous sommes condamnés à une existence d’esclaves muets et aveugles. À tous les niveaux !

Je mentionnerai aussi la Chine, qui est en passe de donner des cotes à ses citoyens. Des cotes qui pourraient, si elles sont mauvaises, vous empêcher d’accéder à un emprunt pour une maison ou pour lancer une entreprise. Des cotes, un peu comme dans cet épisode de Black Mirror, qui vous désigneraient bon ou mauvais citoyen. Mais la réalité, c’est que ça se fait déjà chez eux. Des Chinois ont été refoulés à l’aéroport à cause d’une mauvaise note.

Est-ce que vous voudriez qu’on analyse votre vie selon vos publications Facebook d’il y a dix ans ? Car dans ce système, il n’y a plus que de lynchage public et rien qui permette de l’effacer.

Nous, consommateurs, nous sommes fait absorber par ce système destructeur où seul le profit compte, et rien d’autre. Pas la survie de l’espèce, pas la préservation de la nature, pas la distribution équitable des ressources. Pas votre bonheur…

Le plus dur, c’est de changer après des années de mauvaises habitudes.

Comment communiqueriez-vous sans Facebook ? Comment vous déplaceriez-vous sans google maps ? Comment vous nourririez-vous sans takeaway.com ?

Certes, je pousse un peu à l’extrême… Cependant, je pense qu’il est temps de se poser la question maintenant, avec tous les films de science-fiction qui parlent de dérives de la technologie, qui sortent en masse ces dernières années, les films et livres de DYStopies où nous devenons esclaves des machines et détruisons notre environnement en construisant des mégapoles dans lesquelles les inégalités se font plus que criantes, mais mordantes, acides et injustes : que voulons-nous faire de ce monde ?

Quel monde voulons-nous laisser à nos enfants ?

Quels efforts sommes-nous prêts à faire pour retrouver un mode de vie plus sain, à tous les niveaux ?

On s’offusque des océans remplis de plastique – mais on continue de demander un sac à la caisse car on a encore oublié le sien à la maison.

On s’offusque des piles de capsules Nespresso pas recyclables – mais on continue de boire son café cancérigène tous les matins.

On s’offusque des villes bombardées – mais on détourne les yeux devant les réfugiés et les gens qui ont besoin d’aide.

On s’offusque sans cesse – mais on se retrouve à signer des pétitions sur des sites qui pompent encore nos données, pour parfois si peu de résultats.

C’est dur, et je suis la première me cacher derrière de fausses excuses, mais je pense qu’il est essentiel que nous sortions de ce système pour en trouver un meilleur. Ce qui nous semble être des efforts insurmontables peut devenir NORMAL pour nos enfants, pour les jeunes. Mais cela implique que nous fassions des efforts en notre âme et conscience. Chaque jour.

 

Publicités