CVT_La-Lectrice-Tome-2-LOracle_9240

L’Oracle

La lectrice – livre 2

Traci Chee

éditeur : Robert Laffont, Collection R

genre : fantasy

nombre de pages : 575

Agréable lecture

les + :

  • la narration
  • l’univers bien construit

les – :

  • récit lent

Résumé :

« Ce qui est écrit s’accomplit. »

Sefia et Archer ont réussi à échapper à la Garde, ce terrible ordre secret. Ils ont sauvé des enfants des griffes des Estampeurs et doivent à présent faire face à un terrible choix : continuer à se battre au péril de leur propre vie (et de leur couple) ou rentrer chez eux et fuir, certainement éloignés l’un de l’autre.

Pendant ce temps, la Garde continue de les traquer tout en s’efforçant de poursuivre ses plans pour prendre le contrôle de toutes les îles et des mers de Kelanna. Peu à peu, leurs différents pions se mettent en place sur l’échiquier politique.

Le capitaine de la Fiancée des Courants poursuit sa recherche de l’immortalité. Lui qui a toujours cherché à intégrer l’Histoire et les histoires afin que tous se souviennent de lui et de son équipage, il commence à se demander jusqu’où il doit aller pour remplir sa Quête. Il sait pertinemment ce qui l’attend après la mort, et ce destin est loin de lui convenir…

Avis :

La Lectrice faisait partie de mes coups de cœur, l’année dernière (pour consulter ma mini chronique, c’est par ici), c’est pourquoi je n’ai pas hésité un instant à me procurer le deuxième tome dès sa sortie.

Sefia et Archer sont des personnages profonds et attachants, remplis de subtilité. Ils me plaisent beaucoup pour toutes les questions qu’ils soulèvent par leurs pensées et actions. Cependant, je dois reconnaître ne pas m’être attendue à ce que leur romance prenne autant de place dans l’histoire. Bien entendu, cela me semble pertinent : leurs personnalités ont tout pour se compléter.

Ils s’entourent des garçons qu’ils sauvent des Estampeurs, un groupe qui devient bientôt les Saigneurs. Nous étions morts, maintenant nous nous relevons.

Sefia fait usage du livre, mais s’interroge toujours plus sur cette phrase : « ce qui est écrit s’accomplit ». En prenant connaissance cet avenir, peut-elle le modifier, ou est-ce justement son désir d’échapper au futur qui la pousse sans cesse à l’accomplir ? Cela rejoint la question du déterminisme et du libre arbitre.

J’ai cependant une grosse préférence pour le capitaine Reed ! Dans le premier tome, j’avais adoré sa partie de l’histoire, que je trouvais si intéressante, mystique et fascinante. Sa quête d’immortalité le pousse à toujours dépasser ses limites, au point que dans ce deuxième tome, il en vient à douter de ses propres convictions devant ce qui se produit à cause de son obstination.

Pour ce qui est de l’histoire en elle-même, je l’ai trouvée moins percutante que dans le premier tome. On suit les rails de ce qui a été initié dans la Lectrice, on voit les fils se dérouler, on en apprend plus sur chaque protagoniste et on en découvre de nouveaux.

J’avais trouvé le premier tome surprenant pour la façon dont l’histoire était narrée. Ce jeu sur le passé et le présent m’avait époustouflée. J’ai eu moins de surprises dans cet opus, toujours aussi bien écrit, mais plus lent, comme une vague refluant depuis la plage. Ce n’est pas pour autant que je n’ai pas apprécié ma lecture, loin de là. Certaines scènes persistent encore dans ma mémoire, autant pour leur intensité que leur symbolique.

En entamant la lecture de l’Oracle, j’ai cru qu’il serait vite dévoré. Pourtant j’ai mis du temps à le lire. Je n’arrivais pas à rester prise dans l’histoire, surtout pour les parties sur Sefia et Archer, au départ. Il y avait quelques longueurs, des passages où le récit perdait de son souffle. Aussi, j’ai beaucoup moins cherché les messages cachés dans le texte. D’une part, parce que je les trouvais plus superflus quand je les voyais, et d’autre part parce que cela aurait encore allongé mon temps de lecture.

En conclusion, j’ai apprécié retrouver Sefia, Archer, Tanin et le Capitaine Reed, mais j’ai été moins absorbée par l’Oracle que par la Lectrice. L’histoire se poursuit de manière fluide et logique, mais ne m’a pas emportée dans son intensité. J’ai malgré tout apprécié la fin, ainsi que les messages et questionnements philosophiques qui égrènent le récit. Je suis curieuse de voir ce que vont devenir ces jeunes héros, et surtout de découvrir s’ils auront le pouvoir de vaincre le destin.

Publicités