ni-no-kuni-2-wallpaper

Détails techniques :

Ni No Kuni 2 : l ‘avènement d’un nouveau royaume est un jeu vidéo RPG du studio japonais Level-5 sorti sur PS4 le 23 mars 2018. C’est un jeu solo avec des DLC payants, le premier étant sorti le 9 août 2018.

Ni No Kuni : la vengeance de la sorcière, était sorti sur ps3 le 1er février 2013. Les studios Ghibli avaient participé à la production du premier opus, mais n’ont pas suivi sur celui-ci.

ninokuni2rk_character_art

résumé :

Dans ce deuxième opus, nous retrouvons pas mal d’éléments en commun avec le premier. Les deux jeux parlent d’un enfant qui doit, du jour au lendemain, embrasser de grandes responsabilités.

Ici, Evan est le jeune prince de Carabas, une ville majoritairement occupée par les chats, mais aussi par le peuple ratocrate. Une traîtrise aboutit à la mort du roi ainsi qu’une révolte du peuple des rats. Ceux-ci renversent le gouvernement mistigri. Mais Evan parvient à s’enfuir grâce à une jeune magicienne et Roland, un homme qui semble venir d’un autre monde.

persoNNK2

Evan s’enfuit, mais il n’a pas l’intention de rester un fugitif toute sa vie. Entouré d’une équipe d’amis et confidents que vous découvrirez au fil de l’histoire, le jeune prince sans royaume va construire son propre pays et tenter de conquérir le monde pour abolir les guerres. Il désire rendre le sourire au monde entier. Mais en chemin, il va se découvrir un terrible ennemi qui détruit chacun des quatre grands royaumes pour faire revenir à la vie le terrible Selen.

Pour l’empêcher d’agir et unir tous les peuples sous une seule bannière, Evan va voyager autour du globe et proposer son traité de paix à tous.

gameplay :

Ni No Kuni se classe dans la catégorie RPG. Le joueur dirige Evan dans les parties plus narratives, mais pour le reste, vous pouvez composer votre équipe comme vous le désirez.

Chaque personnage ne peut utiliser que deux armes différentes. Toujours une arme de corps à corps, ou courte distance, et une arme à longue distance. Vous pouvez donc choisir les personnages selon vos préférences, même s’il sera toujours préférable de composer une équipe plutôt équilibrée.

NNK2 gameplay

Le jeu vous offre une trame narrative principale qui s’étale sur neuf chapitres. L’histoire, très linéaire, n’est clairement pas le point positif du jeu, ce qui est assez dommage pour un RPG, notons-le.

En parallèle avec l’histoire à suivre, vous pourrez vous plongez dans tout un tas de quêtes secondaires qui, pour la plupart, n’ont pas un grand intérêt narratif. Vous devrez aller chercher des fleurs pour untel, battre autant de tel monstre pour untel, donner un objet à untel de la part d’untelle. Rien de bien original. Les quêtes vous offriront plusieurs types de récompenses que vous pourrez utiliser pour remplir d’autres quêtes ou vous équiper.

ni-no-kuni-2-tenues-cachees-astuce-018

Vous aurez de nombreux objets à crafter ou améliorer. Tous ces objets nécessiteront des ressources que vous pourrez récolter directement en vous baladant ou en remplissant des quêtes. Ou encore en utilisant les récompenses de certaines quêtes comme monnaie.

ni-no-kuni-2-l-aveneme-5ab4031708757

Vous possédez aussi votre ville, puisque vous êtes le roi ! Dans cette ville, il faudra construire des maisons et des magasins, mais aussi engager des gens pour faire vivre le commerce ! Et vos magasins vous permettront justement d’augmenter les stats de vos équipements ou de cuire des mousses,  ces adorables petites créatures qui vous aideront dans vos combats.

Les affrontements sont dynamiques. Le joueur dirige un seul personnage, mais peut éventuellement passer de l’un à l’autre selon la situation. Sur six personnages, seuls trois sont actifs en combat. Cela offre vraiment pas mal de possibilités dans les combos. Pour ma part, j’avais opté pour Roland, Cecilius et Suzie. Le système de combat m’a paru plus simple (presque trop ?) par rapport au premier, car ici, les mousses se dirigent tout seuls la plupart du temps.

Les graphismes sont plutôt réussis dans l’esprit Ghibli, mais je trouve que le système de navigation sur la carte est un peu archaïque : les villages et labyrinthes, donjons, etc sont très détaillés, mais le reste des déplacements se fait sur une carte vue d’assez haut, ce qui coupe un peu l’immersion par rapport aux jeux à mondes ouverts.

avis :

J’avais beaucoup aimé le design et l’ambiance du premier Ni No Kuni. En revanche, je le trouvais très lent et mou, car souvent interrompu de longues très belles cinématiques. Je l’avais interrompu et ne l’ai jamais repris. peut-être aurais-je dû revenir au premier plutôt que de me lancer dans celui-ci, en fin de compte.

Les designs collent à l’ambiance du premier jeu. clairement, on reste dans la même lignée narrative, avec des personnages naïfs, des scènes touchantes et des petits compagnons tout mignons, cette fois sous la forme de mousses colorés.

Cependant, j’ai trouvé que la dose de naïveté ne fonctionnait pas aussi bien ici que dans le premier. Le héros, un prince, veut naïvement apporter la paix dans le monde en soumettant tout le monde à sa bannière. Euh. Il veut donc être empereur, pas roi. Et il veut latter la gueule des gens pour les obliger à faire la paix. Euh. Il y a un truc dans la logique là qui m’échappe… Parce que, clairement, sa petite utopie a tout pour virer au cauchemar. Et c’est le truc qui m’a mise mal à l’aise tout du long, en plus des réactions totalement illogiques de certains personnages.

Je me suis dit « bon ok, l’histoire est faite pour les gosses », mais je ne peux m’empêcher de frissonner devant les images que ce jeu donne aux enfants (même s’il est noté +12 ans), par exemple le fait que l’épée serve de symbole pour la paix. Et cette notion d’imposer sa vision par la force, de conquérir pour apporter la paix, transparaît dans tout le jeu.

L’histoire n’est donc pour moi pas à retenir dans ce jeu. Les personnages, plutôt fades, entourent leur souverain, Evan, pour l’aider à diriger son royaume, mais aussi lui apporter des avantages matériels, techniques ou tactiques. J’ai suivi l’histoire avec un peu d’intérêt, mais je ne me suis pas attachée aux personnages comme j’ai pu le faire avec Persona 5 ou Xenoblade Chronicles.

Au final, j’ai persévéré dans le jeu de manière purement mécanique. Si l’histoire n’est pas passionnante, les histoires secondaires ne le sont pas beaucoup plus. Elles servent simplement à diriger le joueur sur les zones dans lesquelles il faudra farmer. Il y a plein de trésors cachés, d’objets secrets, de donjons et de monstres spéciaux à affronter. La carte regorge de petits mystères. D’ailleurs, j’ai beaucoup apprécié la chasse aux trésors ! C’est probablement là que réside la force du jeu.

En effet, malgré son côté plutôt fade ou mou niveau histoire, le jeu se rattrape plutôt bien avec la pléthore de quêtes en tous genres. Vous aimez voyager, chercher des trésors, vous balader dans des labyrinthes dépourvus de carte ou chasser l’objet mystère nécessaire au craft d’un objet magique ? Alors, clairement, ce jeu est fait pour vous !

Malgré cela, je me suis interrogée sur l’intérêt du jeu, après l’avoir terminé. J’ai apprécié les décors, les personnages, les quêtes, mais sans plus. L’histoire ne m’a pas transportée, ne m’a pas fait rêver ni réfléchir. J’ai passé un bon moment, mais… Pourquoi Ni No Kuni 2? Pourquoi pas n’importe quel autre J-RPG récent ? Pour moi, Ni No Kuni ne réinvente pas l’eau chaude. Il reprend ce qui marche et essaie d’en faire un autre « truc qui marche ». Mais contrairement à Persona 5 qui m’a collé des frissons pour la profondeur de sa narration ou le dernier Zelda que j’ai trouvé magnifique et addictif, Ni No Kuni 2 s’est contenté de me divertir vaguement pendant un peu plus de 30 heures.

En conclusion, Ni No Kuni 2 possède un gameplay très riche et un univers regorgeant de secrets, mais offre une histoire un peu faible, déjà vue, peu réfléchie sur l’aspect moral et dénuée de personnage fort ou de moment poignant. L’histoire suit son cours et laisse un goût de trop peu. Est-ce que les DLC payants ajouteront quelque chose ? En tout cas, pour moi, l’aventure est terminée. ^^

Publicités